Braqcoeur(s) : Escale à New-York

Bonjour et bienvenue à tous pour ce vendredi lecture. Je vous présente le premier roman policier d’Emily Audrin.

Braqcoeur(s) : Escale à New-York, le premier roman policier d'Emily Audrin.

Brève sur l’auteur et le livre

« Il n’y a pas de mots qui viennent à l’auteur quand il s’agit d’écrire sur elle »
Les mieux placés pour en parler sont ses lecteurs !

Émily Audrin, c’est un nom de plume. Cette Bretonne d’adoption a pris le patronyme de son père pour pénétrer dans le monde des livres. Retrouvez l’auteur sur :

 

 

  • Genre : PolicierJe vous présente le premier roman policier d'Emily Audrin.
  • Éditeur : Librinova
  • Nombre de pages liseuse : 221

 

4ème de couv.

 

Je ne fais rien comme d’habitude concernant ce roman. Je dois avouer que la qualité et la profondeur de la plume de ce roman policier, m’ont touché. Je vous présente un copier/coller de la 4ème de couverture qui est un excellent résumé, je vous fais visiter un peu les coulisses et je vous donne ensuite mon avis :

« À New York, un drame vient d’arriver. En direction de Lexington Avenue, toutes sirènes hurlantes, le commissaire ne perd pas une seconde. À ses côtés, l’inspectrice Brett Jamson se cramponne comme elle le peut. Un braquage sanglant vient d’avoir lieu, et tandis qu’on évacue les premiers corps, la jeune femme s’apprête à prendre, sans le savoir, le plus gros virage de son existence.
Entre des parents psychorigides, une sœur envahissante, des amis antagonistes et une carrière controversée, elle va devoir jongler !
Mais le pire reste à venir… Au cœur d’une enquête qui la mènera au bout du monde, elle va devoir aller au bout d’elle-même. Pour en sortir, heureuse ou victorieuse, elle va devoir trancher. Face à elle, une succession de choix et de désarrois vont mettre à mal toutes ses convictions, ses habitudes et faire voler en éclats trente-cinq années d’illusion. Et vous ? Auriez-vous sacrifié vos idéaux au profit de l’impensable ? »

De la méfiance à l’attirance

En face de Brett se trouve Izy, une jeune femme intrigante et pleine de charme. L’instinct de Brett est dans le rouge quand à Izy, elle aime jouer avec le feu. Après une rencontre pour le moins houleuse, les deux jeunes femmes se croisent lors d’un footing. Hasard ou destin ?

– Vous n’avez pas vraiment l’allure d’une avocate !

Brett tourna simplement la tête, confondue devant son audace. Incommodée, elle fut parcourue d’un frisson. La mâchoire serrée, sa gorge se noua désagréablement.

– Ne vous vexez pas surtout, reprit la jeune femme arrogante, je n’ai pas l’habitude de voir de femmes de loi de votre…style.

– Ah bon ? Et ça ressemble à quoi, selon vous, une avocate ? rétorqua-t-elle piquante.

– Elles sont plutôt coincées. Des peigne-culs, en somme, dit-elle en souriant.

Emily Audrin nous tient en haleine tout au long du livre

(C’est ainsi que l’auteur, Emily Audrin nous tient en haleine tout au long du livre). Elles s’expliquent et acceptent de se revoir. Après la tension du début s’installe une attirance à en savoir plus sur l’autre.

Retournement de situation

Malgré leurs sentiments respectifs, il s’avère qu’elles évoluent dans des camps différents. L’une est flic, quand à l’autre, le suspense reste un long moment pour nous dévoiler sa véritable identité. L’émotion trouble les deux jeunes femmes. Entre la conscience, l’intuition, la passion et le désir, quel est le moindre mal ? Tant de questions vont se poser tout au long de l’intrigue.

Je rassure les amateurs de policiers, nous ne tombons pas dans la romance à outrance sinon j’aurais lâché avant la fin. Les scènes sont décrites avec brio et beaucoup de ferveur. Au-delà de l’ardeur, nous assistons à un duel entre ces deux jeunes femmes et même à un combat intérieur pour chacune d’elle. Il est impossible de rester neutre, elles doivent s’engager, faire des choix, des sacrifices et souvent très rapidement.

Des moments difficiles à gérer émotionnellement et qu’est-ce qui l’emportera du cœur ou de la raison ?

Les personnages

D’autres personnages apparaissent tout au long du livre. Ce sont des personnages « secondaires » mais néanmoins indispensables pour faire vivre, douter ou rassurer nos héroïnes. Emily Audrin sait faire vivre chaque personnage en fonction de son importance, et le moindre détail a son importance. De la mère envahissante à la copine compatissante en passant par l’associé inflexible, tout est réuni pour un bon polar hors du commun.

Walk in New-York et pas que…

J’ai arpenté les rues de New-York, de Central Park et du Metropolitan Museum of Arts en compagnie de Brett. L’auteur décrit les lieux avec tant de minutie que j’y étais. J’aurais pu appeler un cab depuis mon salon, je vous assure. Vous me direz qu’une ville est une ville et que ce n’est pas bien folichon mais la dernière partie du roman (vous savez ! celle dont je ne vous parlerai surtout pas). È semplicemente bellisimo (je mets en pratique mes cours d’italien). Je vous laisse donc découvrir la fin par vous-même.

Le Podcast

Mon avis

Ce policier est d’un style tout à fait différent de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. Son originalité et son intrigue pleine de rebondissements le rendent captivant. L’auteur oblige le lecteur à suivre l’intrigue voir à l’anticiper mais elle joue admirablement bien avec les mots et change de voie brutalement. Dans ce livre, rien n’est acquis, tout est à découvrir et ceci jusqu’à la dernière page. J’ai lu dans les chroniques que c’était de la romance mais je pense que ça va bien au delà et je ne peux m’étaler sans dévoiler.

L’écriture est douce, fluide et très addictive. L’auteur n’a pas peur des mots ni des scènes, elle sait employer le vocabulaire adéquate. Emily Audrin en profite également pour traiter des faits de Société que je vous laisse découvrir lors de votre prochaine lecture, je ne veux rien dévoiler.

Merci à Emily Audrin pour ce moment de lecture très agréable. Et puis j’espère faire escale dans d’autres lieux du monde sous votre plume.

Bonne lecture.

SimPlement.pro

Une petite citation pour la fin (ou la faim…de savoir)

Un sourire d’ange et l’intention du diable !

Selon les dires du commissaire Douglas, le genre de personne qu’il faut à tout prix éviter si l’on tient à la vie