Ceci n’est pas… une histoire d’amours

Je vous retrouve pour notre rendez-vous livresque du lundi matin avec une belle surprise : Ceci n’est pas… une histoire d’amours, écrit par Marie Hélène de Cannière. Un roman feel good qui ouvre une question sur la féminité sans tomber dans la romance pathétique car bien sûr, ce n’est pas une romance.

Ceci n'est pas... une histoire d'amours, écrit par Marie Hélène de Cannière. Un roman feel good qui ouvre une question sur la féminité sans tomber dans la romance pathétique car bien sûr, ce n'est pas une romance.

La femme : Anne

Divorcée, 52 ans, elle vit seule et aime cette solitude finalement. Sa grande question existentielle :

« C’est quoi, être femme ? »

Et elle décortique sa réflexion avec beaucoup d’humour. Elle a quitté son boulot de prof de lycée pour aider les gens. Mais un coach, à la fois psy, thérapeute familiale, travaille de longues heures à son cabinet. Anne pousse sa conscience professionnelle jusqu’à rédiger chaque soir des fiches avec ses impressions pour chaque client afin d’organiser les prochaines séances.

Elle garde un rendez-vous mensuel coutumier avec son fils, Damien, pour une soirée de bistronomie.

Quand elle était plus jeune, elle avait décidé de rejoindre une amie et de faire un voyage. Mais les années ont passé et Anne n’a finalement plus de nouvelles de cette amie : fin du rêve.

« A 20 ans, j’avais rêvé d’y aller, au Canada. »

L’écrivain et sa Rose

Ceci n'est pas... une histoire d'amours, écrit par Marie Hélène de Cannière. Un roman feel good qui ouvre une question sur la féminité sans tomber dans la romance pathétique car bien sûr, ce n'est pas une romance.

Une histoire d’amour classique, mariage, bébé et une relation chargée de pensées érotiques qui a survécu aux années. Il aime sa vie d’homme marié mais qui le connaît réellement ? Sa fille peut-être ? Dominic a son petit secret qu’il souhaite écrire entre deux polars : son autobiographie qu’il raconte à son éditeur époustouflé.

Il va ensuite boire un verre avec un ami de longue date : Diego… son opposé, coureur de jupons infatigable alors que Dominic est toujours amoureux de Rose et aime être un homme casé. C’est un auteur Canadien qui vit de sa plume  mais aussi un grand lecteur, facile donc de lui offrir un livre pour ses 52 ans.

Surprise !

Anne reçoit le cadeau qui va changer sa routine : « Nuit blanche à Montréal » par l’auteur canadien Dominic Cadorette. Ce polar est son dixième roman et a décidé de l’offrir à Anne avec une petite carte rédigée à l’encre bleue :

« Amicalement, D. »

Et ce voyage au canada n’est plus un rêve, elle va s’envoler pour découvrir Vancouver et rencontrer cet écrivain mystérieux.

Podcast audio

Un sujet intéressant mais…

Je ne vous ai pas raconté les détails qui vont réunir ces deux personnages : tout est sur le quatrième de couverture. Le début de l’histoire est agréable à lire, j’y ai découvert des personnages très sympathiques, attachants, de ceux que j’aimerais rencontrer. Et puis l’arrivée du roman est un mystère amusant malheureusement survolé, il n’y a pas d’intrigue.

Les deux personnages évoquent, chacun de leur coté, une aventure de jeunesse dont j’attendais une grande révélation. Mais si le début du roman est particulièrement descriptif, l’aventure est ensuite dévoilée en quelques pages qui m’ont laissée comme un vide, une histoire inachevée.

Le mensonge vieux de trente ans venté par le quatrième de couverture m’a intriguée bien sûr et chaque lecteur aura probablement un ressenti différent sur ce qui doit être pardonné et accepté. Disons que c’est une belle phrase pour bien peu de choses. Un petit roman feelgood à lire un soir au coin du feu.

Et pourtant

La plume de l’auteur est fluide et sentimentale. J’ai vraiment reçu un cadeau avec les émotions de la rencontre entre les deux personnages très réalistes, vivants. L’auteur nous invite dans leurs pensées et nous montre comment la perception d’un évènement est unique à chacun d’entre nous… Ou parfois si semblable que les personnages seraient des âmes sœurs. J’ai été un peu déçue par le manque de développement de cette rencontre mais je garde un bon souvenir de ma lecture.

Et puis finalement, C’est quoi, être femme ? La première rencontre très surprenante des personnages trente années plus tôt peut ouvrir une vaste réflexion sur le sujet. Même si je ne me suis jamais posée cette question philosophique dont l’esprit me semble évident, nombreuses sont celles qui doutent de la place de la femme dans notre société européenne. Cette question est posée en début de roman mais ne sera pas développée malgré le contexte qui ouvrait toutes les portes à la complexité du féminin et du masculin.

En vidéo

Une éventuelle possibilité de réécriture ou de suite, pourquoi pas ? Me concernant, ce livre restera une agréable lecture qui ne restera pas dans ma mémoire.

SimPlement.pro

 Marie Hélène de Cannière

Je travaille en ce moment comme traductrice et interprète pour une agence de traduction et d’interprétation de qualité, Eloquentia. Notre objectif : aider à faire passer un message, quelle qu’en soit la langue.

J’ai déjà exercé de nombreux métiers, ce qui m’a permis de développer des connaissances et des aptitudes très diverses. Toutes me servent, d’une manière ou d’une autre, dans mon métier actuel.

Aux heures de loisir, ce qui me plaît le plus, c’est d’écrire. J’ai ainsi déjà écrit un livre sur la maîtrise des changements dans la vie (en anglais). L’année passée, j’ai pour la première fois terminé un roman, en français (ma langue maternelle). Et j’ai tellement profité de toute cette aventure, que je compte bien continuer d’écrire.

Retrouvez l’auteur sur :

Author: Angelique

BuJo - Chevaux - Photos
Je suis une dévoreuse de livres et une grande utilisatrice du Bullet Journal.
J'aime la nature, le soleil et le bleu azur du ciel de ma région d'adoption.