ESCHATON – Vendredi lecture

Vendredi lecture avec ESCHATON, un roman qui ne vous laissera pas indifférent. Chronique et avis : Angélique.

En bref

Guy-Roger Duvert : ESCHATON - La fin de notre civilisation approche #romance #fiction

Dans un futur proche, la population est passée du statut d’insouciance à celui d’inquiétude, pour enfin vivre dans la résignation : les villes côtières sont immergées, l’intérieur des terres est ravagé par des incendies et des ouragans, le désastre climatique est en cours, la fin de notre civilisation approche.

  • Éditeur ‏ : Auteur indépendant  (24 janvier 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 233 pages

Guy-Roger Duvert est un compositeur, réalisateur et auteur de musique de film français. Il a fait ses débuts en tant que romancier en 2019, en publiant le livre Outsphere, qui a remporté le prix Plumes Francophones d’Amazon France. Né à Paris en France, il vit à Los Angeles depuis des années et y travaille comme compositeur de musiques de films, et comme réalisateur (il sort en 2016 son premier long métrage, un film de science-fiction intitulé “Virtual Revolution”).

Les personnages et l’histoire

Casey vit dans les hauteurs de Los Angeles. Il vit dans une société qui est en train de mourir : le réchauffement climatique a provoqué la montée des eaux et les côtes sont immergées. Pourtant, la population est fataliste et continue à vivre dans le déni sa fin prochaine. Casey, la petite quarantaine, ne se lasse pas d’admirer la copie de la peinture de Claude Joseph Vernet dont il est tombé amoureux.

Casey est musicien et compose en priorité pour le monde virtuel, seule évasion possible pour les utilisateurs. Casez a “réussi” comme on dit. Sa musique est presque devenue indispensable aux créateurs des mondes virtuels de plus en plus “réalistes”.

Il est invité par Eve Barcroft, référence médiatique, une femme simple et intelligente qui propose des programmes divertissants, variés et très appréciés. Casey parle de sa musique comme d’un repère dans ce monde qui se meurt non seulement par la montée des eaux mais aussi en partie par les guerres civiles un peu partout autour du globe.

Invité également, Francisco parle de sa peinture inspirée par ces conflits. Ses toiles connaissent aussi un immense succès et comme Casey, Francisco y voit un besoin de références sur lesquelles s’appuyer.

L’interview terminé, Francisco vient à la rencontre de Casey avec Lucius. Ce dernier aimerait présenter à Casey un projet sur lequel il travaille :

“Nous avons de notre coté créer un monde virtuel autonome que nous avons baptisé le Framework, où nous sommes en train de copier les individus les plus à même de permettre la reconstitution d’une société. Des scientifiques, des penseurs, mais aussi des artistes.”

Casey accepte d’être copié dans le Framework… et se rend au rendez-vous de Lucius. Casez est ainsi copié dans le Framework. En quittant les bureaux de Lucius, il rencontre Eve Barcroft. Elle est rayonnante, joyeuse, enjouée. Heureuse de retrouver Casey, elle l’invite dans un pub où ils discutent sans voir le temps qui passe. Casey est fasciné par la gaîté de cette jeune femme.

Alors que Casey vivait dans son monde avec sa musique, Eve va changer sa vie. Mais il est déchiré à l’idée d’en être séparé par la mort, la fin de ce monde. Eve n’a pas été copiée dans le Framework. Alors, dans ce monde où l’homme a tout détruit, Casey et Eve feront tout pour sauver leur amour. Y parviendront-ils ?

Il y a beaucoup à écrire

L’atmosphère de ce monde dévasté est horrible mais l’amour rayonne et va guider les pas de Casey. En suivant la quête de ce couple, je me suis demandée ce que serait la finalité : qu’est ce qui causera finalement la fin de ce monde. Je vous laisse découvrir le sort final de l’humanité mais je n’ai pas été surprise.

L’auteur est resté très évasif face à mes très (trop) nombreuses questions. Il ressemble à Casey : l’auteur est musicien et vit à Los Angeles. Cherche-t-il à interroger les lecteurs sur l’avenir de l’humanité ? C’est en réalité une question qu’il se pose lui-même sans avoir de solution. Il est certain que nous devons modifier radicalement notre mode de consommation mais qui est réellement prêt à perdre un peu de confort ?

Ma lecture reflète une situation que je tourne et retourne dans ma tête depuis bien longtemps.

Guy-Roger Duvert : ESCHATON - La fin de notre civilisation approche #romance #fiction

Ce roman est surprenant dans les émotions qu’il provoque. La science fiction est parfois prophétique, relisez Jules Verne par exemple. J’ai adoré ce roman captivant, tragique et émouvant. Un très beau livre, une étoile dans la nuit qui, je l’espère, fera réfléchir les lecteurs qui pourront peut-être modifier leurs choix avant qu’il ne soit trop tard. La plume de l’auteur est belle et bouleversante.

Mais j’ai aussi détesté ce roman. Ne cherchez pas à vous évader dans la lecture, la situation est parfaitement réaliste. Les études scientifiques donnent à ce roman un intérêt particulier, même si nous lisons une dystopie, nous ne sommes pas bien loin du documentaire. C’est effrayant pour le lecteur qui pousse sa réflexion sur l’actualité, particulièrement quand on parle de la montée des eaux.

C’est un roman très facile à lire dans lequel je suis convaincue que l’auteur cherche à nous émouvoir. J’ai relevé quelques passages qui marquent bien notre époque et nos comportements. A lire de toute urgence, ce livre se dévore.

Quelques extraits choisis

“On avait évité le pire. Mais on avait besoin de nos gadgets électroniques, de nos fringues dernier cri, d’avoir nos véhicules personnels, de passer notre temps sur le net. Bref, tous les scientifiques du monde ne pouvaient rien contre une telle consommation.”

“De gigantesques jeux vidéos qui permettraient aux utilisateurs de s’évader de la réalité, dans des environnements où les différences avec le réel étaient minimes.”

Le Podcast Audio

Ma réaction à vif

Sur YouTube : https://youtu.be/hIfF3R-vvQg

Podcast Vidéo

Je remercie très sincèrement Guy-Roger Duvert pour sa confiance ainsi que le site simplement pro qui a permis notre rencontre. Je me suis amusée à retrouver la toile qui inspire tant Casey… Est-ce réellement celle-ci ?

La nuit un port de mer au clair de lune, Musée du Louvre, Paris
La nuit un port de mer au clair de lune, Musée du Louvre, Paris

Bon vendredi à tous et à bientôt

Author: Angélique

Chroniqueuse Littéraire Animatrice : Coach Organisation, Ateliers Bullet Journal, Psychologie positive Responsable associative maison-ecologique.org

2 thoughts on “ESCHATON – Vendredi lecture

  1. bonsoir, comment vas tu? ce genre de roman est toujours intéressant, mais émotionnellement difficile. j’en avais parlé lors de ma lecture de “mers mortes”. passe une bonne soirée et à bientôt!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.