Eternity

Bienvenue à tous pour ce vendredi lecture. Aujourd’hui, je vous propose d’enrichir votre PAL avec Eternity de Thierry Gautret de la Moricière. J’ai lu ce roman quasiment d’une traite, je me suis instruit et j’y ai pris beaucoup de plaisir.

Eternity de Thierry Gautret de la Moricière. J’ai lu ce roman quasiment d’une traite, je me suis instruit et j’y ai pris beaucoup de plaisir.

A propos de l’auteur

Auteur de romans dystopiques, Thierry Gautret de La Moricière explore le thème de la liberté.
À travers ses récits, il nous mène sur un chemin intérieur et nous convie à imaginer des futurs souhaitables.
« Mutations » (2020) est le troisième récit de l’auteur après « Le chemin de l’aube » (2019) et « Au plus profond de nous-même » (2018).
Il est également accompagnant en communication en conscience. Il accompagne individuellement dirigeants et collaborateurs sur les aspects stratégiques et opérationnels pour les aider à optimiser leurs ressources internes et externes.
Membre du comité pédagogique de la section Collège de l’École Nova, il est animateur d’ateliers de communication non-violente pour enfants et parents/enfants.

A propos du livre

  • Genre : « Dystopie »
  • Editeur : Book on Demand
  • Nombre de pages : 224

Je plante le décor

Un état mondial s’est autoproclamé en Nouvelle-Zélande après avoir assouvi les autres pays financièrement.

4 dirigeants centenaires : les gafarques. Le plus âgé, 117 ans, est à la tête du monde : Lewis Peack.

Je vous laisse devine l’origine du mot « gafarque » qui, si l’auteur avait mis le 5ème larron, se seraient appelé gafames. Rimant avec infâme, ça passe moins bien, bref !

Au milieu, un état dans l’état, Ground-one qui se trouve sur Chattam Island. C’est le summum où, outre les dirigeants, on peut retrouver les plus grands influenceurs, les implantés hyper connectés.

Ce monde est en proie aux conséquences d’une très grande pollution, les transports sont restreints, il y a obligation d’un minimum de nature dans l’environnement mais par contre et pour des intérêts privés, ce même monde « vit » d’échanges de milliards de milliards de données. Quand je parle de ce monde, j’entends par là les gafarques qui sont à la recherche de l’éternité en étudiant la biomètrie, leurs ascendants ont créés les places fortes d’internet (je vous aide franchement là) et notamment un réseau social qui en est devenu une religion 12 milliards de comptes pour 10 milliards d’individus. Ces demi-dieux ont créés l’ordre des Dataïstes qui gère toutes ces données dans un but bien précis.

Au sein même de cette structure, une hiérarchie qui vous en rappellera une autre bien présente.

Pourquoi des demi-dieux ?

Même si les gafarques ont des âges canoniques, ils ne sont pas éternels et pour cela, un projet : Time-Gate, le voyage dans le temps (pour récupérer les données médicales nécessaires à la longévité).

Eternity de Thierry Gautret de la Moricière. J’ai lu ce roman quasiment d’une traite, je me suis instruit et j’y ai pris beaucoup de plaisir.

Ce projet est déjà étudié dans la prestigieuse université d’Eternity qui recrute de nouveaux chercheurs dans plusieurs domaines de pointe dont Tony. Ce dernier est ingénieur au commissariat à l’énergie atomique et il a orienté ses recherches sur la physique quantique, le principe de non-localité, etc., à la suite d’Einstein (oui, on apprend un tas de choses tout au long du livre). Je ne vais pas rentrer dans les détails mais ces recherches vont intéresser au plus haut point l’université d’Eternity qu’il rejoindra.

L’amour a-t’il une place ?

A côté des recherches, l’auteur dépeint en début de chaque chapitre les pensées, les écrits de Tony concernant un Amour perdu, un Amour étouffé par les recherches et dont il exprime les regrets. Il a eut une enfance particulière s’il quitte Paris, s’il quitte Diane, la sœur de sa mère adoptive décédée, il quitte également une montagne de souvenirs, de tristes souvenirs non résolus.

Arrivé à l’université et après les rencontres officielles, Tony croisera une jeune femme, Luna, qu’il croit connaître, reconnaître, cette impression de déjà vu mais c’est impossible même si elle vient également de Paris et pourtant…. Cette jeune femme n’est autre que la psychologue qui recevra Tony et qui partagera par la suite ses travaux dans le cadre de son travail et même au-delà.

Nous apprendrons également qu’elle est une gardienne de la sororité des gardiennes et qu’elle a une mission.

Et maintenant, au travail…

Une fois l’équipe présentée, Tony se sentira en compétition avec Chen, son binôme. Tony, pour prouver sa théorie, doit produire de la matière noire et il lui faut un accélérateur de particules puissants or celui de l’université est déjà pris par Chen. L’un comme l’autre ne veulent pas partager et Tony demandera à faire ses essais en Suisse. Qui dit déménagement, dit protocoles de surveillance pour éviter toutes fuites de données, nous ferons connaissance de Beryl  Madiba, jeune femme officier de sécurité ainsi que Dina, jeune et très haut gradé Dataïste. Toutes deux auront un rôle prépondérant dans l’histoire.

Nous vivrons toute la mise en place de cette procédure, l’influence qu’à le président sur les connectés et de l’abus sordide de son pouvoir pour son plaisir et pour la vie éternelle. Nous verrons à quel point il est sournois car si aux yeux de tous, Time Gate est financé pour la recherche médicale, en coulisse, il y a un tout autre projet.

Les travaux de Tony sont d’une importance capitale, ils sont la clé du voyage dans le temps, de la prédiction de l’avenir mais en mesure t’il toutes les conséquences ou restera t’il un chercheur avide de nouvelles découvertes ?

Et ces gardiennes, la sororité des gardiennes, quel est leur véritable rôle dans la vie de cet éminent chercheur et quelle est leur mission ?

Et si ce livre n’était qu’un début d’une fin annoncée ?

Et s’il y avait une suite ?

Bavard, je suis…

Je me suis posé cette question pour savoir si j’en disais trop ou pas assez et bien j’ai la réponse…

Vous avez sous les yeux la partie visible de l’iceberg, plongez dans cette lecture entraîne beaucoup de questions quand à notre quotidien alors je vous laisse vous les poser.

Mon avis

Dystopie : oui et non, les gafarques existent, les dataïstes aussi, ils font partie du CAC40.

La recherche de l’immortalité ou tout du moins d’une longévité est une réalité, beaucoup ont peur de la mort. Les réseaux sociaux et la manipulation qui en découle dirigent la vie de trop nombreuses personnes.

J’ai lu ce roman quasiment d’une traite, je me suis instruit et j’y ai pris beaucoup de plaisir.

L’histoire est bien amené, je me suis fait une certitude sur la tristesse de Tony en début de chaque chapitre et en fin de livre, je me suis demandé s’il fallait que je retourne au début pour tout recommencer dans un monde parallèle avec l’autre petit garçon (à découvrir) ou si je devais en attendre une suite ? C’est une question personnelle à l’auteur…

Sur Instagram IGTV

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par La Fabrique du Bonheur (@bujoaddictcommunity)

Quelques liens

SimPlement.pro

Author: david

Ma femme est ma vie, mon astre de lumière, La Nature. nos animaux, chevaux, chats et poules, sont ma petite arche. "Carpe Diem", c'est plus facile à dire qu'à faire mais j'essaie. J'aime ma vie de Paysan-Montagnard, la lecture, la randonnée,... Toujours un livre à portée de main, je ne supporte pas être en manque de lecture, un bon thriller, l'ésotèrisme, les voyages et beaucoup d'autres thèmes dans lesquels je peux apprendre quelque chose !

close

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils lecture et astuces du Bullet Journal, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 thoughts on “Eternity

  1. bonjour, comment vas tu? j’aime bien les dystopies mais celle ci semble particulière. passe un bon vendredi et à bientôt!

Ici, on adore bavarder