La Vierge Jurée – Une pépite livresque

Comme chaque lundi, je vous parle de mes lectures. Un partage qui vous invite à découvrir de nouveaux auteurs. Aujourd’hui, avec LA VIERGE JURÉE écrit par Jean-Christophe Boccou, j’ai découvert une véritable pépite livresque.

Aujourd'hui, avec LA VIERGE JURÉE écrit par Jean-Christophe Boccou, j'ai découvert une véritable pépite livresque.

Le résumé

Une traque haletante et impitoyable à travers les Balkans

Skander est une Vierge Jurée, une femme albanaise qui a choisi de devenir un homme et de prendre les armes comme l’y autorise la loi du Kanun. Markus est un tueur à gage crépusculaire en quête de rédemption. Ensemble ils vont devoir fuir pour protéger un enfant des tueurs implacables lancés à ses trousses. Autant de destins qui vont se percuter dans une chasse à l’homme effrénée en plein cœur des Balkans.

Le livre et l’auteur

  • Éditeur ‏ : ‎ Les Nouveaux Auteurs (1 avril 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 339 pages

Gagnant du Prix du Suspense Psychologique 2021

Gagnant du Prix du Suspense Psychologique 2021

Jean-Christophe Boccou vit en Bretagne où il travaille comme musicien professionnel depuis une trentaine d’années. Tout en accompagnant différents artistes en studio et en tournées, il poursuit une carrière d’auteur-compositeur-interprète. Il publie avec “La vierge jurée” son premier roman.

Les personnages & L’intrigue

  • Dans le nord de l’Albanie, deux fillettes, Eva et Irina marchent d’un pas hésitant dans le village qui dort encore. La maman de ces petites jumelles est morte et Irina réclame la vengeance. Mais elles sont trop jeunes et Zoltan Berbec ne sera que blessé.
  • Dans les montagnes de Prokletije (Albanie), Dragomir et Skander travaillent pour le Comité national de réconciliation. Ils protègent un petit garçon de 8 ans : Flavio. Il est le dernier “mâle” de sa famille. La loi du Kanun oblige ces enfants à rester dans le couvent des emmurés. S’ils en sortent, il seront tués…
  • En Roumanie, en 1988, une cinquantaine d’enfants est entassée. Ils n’ont pas de nom, juste un numéro. Le numéro 70 vient de gagner un combat à mort et il sait qu’un jour, il sortira de cette prison infecte.
  • A Lille, nous faisons connaissance avec Markus Orban qui se réchauffe dans le foyer des SDF. Un étudiant lui propose 100€ pour une séance photo avec un autre sans abris. Mais ils arrivent dans un piège pour snuff movies. Markus n’est pas un clochard, il est en mission pour le Këshill et reçoit ses ordres de Zoltan Berbec.
  • Croatie, France, Albanie, Belgique, Kosovo, Roumanie… Quel est le lien entre ces personnages ? Qui sont-ils réellement ? A vous de le découvrir.

L’Albanie

L’Albanie demeure un pays mal connu et souffrant, en dépit de ses indéniables efforts, d’une mauvaise réputation. Il est vrai que son histoire a longtemps été tragique. Les Albanais descendent vraisemblablement des Illyriens, peuple indo-européen qui s’installa sur la côte dalmate 2 000 ans avant notre ère. Ils ont depuis lors quasiment toujours vécu sous domination étrangère.

L’Illyrie est conquise en 168 avant J.-C. par Rome, puis fait partie de l’Empire d’Orient après le partage de l’Empire romain à la fin du IVe siècle. En proie aux invasions barbares, les Albanais se déplacent alors vers le sud et trouvent refuge dans les régions montagneuses. A l’époque de la chute de Constantinople, au XVe siècle, les Albanais passent sous domination ottomane, non sans avoir farouchement résisté sous les ordres de Skanderbeg, le héros national albanais.

Protéger un enfant

Le lecteur découvre la vie abominable des enfants piégés dans les orphelinats, les sous-sols, les emmurés. Skander est une arme pour les protéger mais rien ne l’a préparé à revenir sur les traces de son passé. Ses fantômes l’entraînent dans une course infernale pour sauver un petit garçon.

Toutes les histoires s’emboîtent au fil des pages. La plume est addictive. Entrez dans ce roman, vous ne pourrez plus le lâcher. Le lecteur vit au rythme de la violence, de la vengeance, mais y a-t-il un espoir ?

Des personnages troublants

Qui sont-ils ? Tous ont pris les armes, la violence est omniprésente et pourtant…   ils nous réservent bien des surprises. Dans un conflit mené par la loi du Kanun, quand rien ne semble apaiser les familles rivales, pris dans les tirs et les poursuites, j’ai découvert une petite étincelle : celle d’une possible rédemption. Mais même les amis peuvent retourner leur veste dans l’espoir d’une vie plus confortable… Ne faites confiance à personne.

Des personnages attachants, d’autres détestables, la frontière entre le bien et le mal est poreuse bien étrange. Après quelques recherches, c’est aussi un thriller particulièrement réaliste.

La pratique de la vendetta

La vendetta (ou vengeance du sang) se base sur le «Kanun», le code de droit coutumier albanais établit au XVème siècle et réactualisé au XXème. Un rapport de l’OSAR (organisation suisse d’aide aux réfugiés) datant de 2016 explique qu’il s’agit traditionnellement “pour la «famille victime» de venger le sang versé suite à un meurtre et rétablir l’honneur de sa propre famille par l’assassinat d’un membre de la «famille auteure»”. Sous Hoxha, cette pratique était devenue moins courante mais le déclin communiste dans les années 1990 a permis son retour. Même s’il semblerait que ces dernières années ces crimes soient moins nombreux, la loi du Talion s’applique encore en Albanie et va jusqu’à viser les enfants. L’association suisse précise qu’en 2014, des organisations non gouvernementales avaient estimé à 1500 le nombre d’hommes qui auraient été contraints de vivre en isolement dans toute l’Albanie en raison de vendettas cette année-là. Malgré l’intensification des efforts du gouvernement pour mettre fin à cette pratique, ceux-ci semblent insuffisants dans un pays où règne la corruption.

Une belle découverte

Vous l’aurez compris, j’ai été embarquée dans cette aventure lue en quelques jours. Un pépite littéraire où l’action vous invite au voyage et à la découverte d’autres cultures. Le suspense est maintenu jusqu’à la dernière ligne. Je me demandais comment tout ça allait se terminer et je dois avouer que cette fin laisse une ouverture, celle d’une possible suite… Ou peut être que je suis simplement curieuse de savoir ce qu’ils deviennent… Tous ces enfants, ces personnages ambivalents, ces paysages époustouflants…

Par peur des représailles ou du fait de leur propre implication, les magistrats et la police restent bien silencieux face à la pratique de la vendetta comme face à de nombreux crimes. Dans le système judiciaire, les pots-de-vin sont souvent échangés contre des décisions judiciaires favorables.

Un pépite littéraire où l'action vous invite au voyage et à la découverte d'autres cultures. Le suspense est maintenu jusqu'à la dernière ligne.
Je remercie Jean-Christophe Boccou pour ce service presse

Discussion Vidéo

Entre thriller et réalité

Leur frère, leur père, leur oncle ou leur cousin a tué. Parfois pour solder une vieille dispute, un conflit d’argent ou de propriété, souvent à cause d’une simple querelle d’après-boire… Par leur geste, les meurtriers ont condamné toute leur parentèle à la claustration, à l’enfermement volontaire entre les quatre murs d’une maison, supposés les protéger de la vengeance de la famille adverse.

C’est ainsi que fonctionne la dure loi du Kanun, le code coutumier des montagnes du nord de l’Albanie. Quand un homme est abattu, ses parents doivent « reprendre un sang » dans la famille de l’assassin. En tuant ce dernier ou bien un frère, un cousin, un neveu. Normalement, la vengeance ne peut frapper que les hommes « faits », âgés d’au moins 14 ans.

Un « pacificateur » essaie de retisser des liens entre les familles rivales, mais encore faut-il que celle qui a un « sang » de plus accepte de pardonner. La négociation peut durer des années. Les familles n’accordent aucune confiance à la justice. L’éventuelle arrestation d’un meurtrier n’efface pas la soif de vengeance.

“Le kanun avait pour but de réguler la violence, quand l’État n’existait pas, explique le père Gjovalin, à l’évêché catholique de Shkodra. Le drame de l’Albanie, c’est que faute d’une justice efficace, les familles se tournent vers le kanun.”

Le Podcast

Quelques liens

SimPlement.pro

Nous soutenir





Author: Angelique

BuJo - Chevaux - Photos
Je suis une dévoreuse de livres et une grande utilisatrice du Bullet Journal.
J'aime la nature, le soleil et le bleu azur du ciel de ma région d'adoption.

close

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils lecture et astuces du Bullet Journal, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 thoughts on “La Vierge Jurée – Une pépite livresque

Ici, on adore bavarder