Le cinquième gardien

En ce premier Vendredi lecture de l’année, je vous présente mes meilleurs vœux et vous souhaite la bienvenue dans le salon lecture “des crins du Barde” pour la lecture du roman d’Ismaël Lemonnier : “le cinquième gardien”.

En ce premier Vendredi lecture de l'année, je vous présente mes meilleurs vœux et vous souhaite la bienvenue dans le salon lecture "des crins du Barde" pour la lecture du roman d'Ismaël Lemonnier : "le cinquième gardien".

En savoir un peu plus sur l’auteur…

Passionné depuis l’enfance par la lecture et par l’écriture, Ismaël Lemonnier a baigné très tôt dans l’univers de Stephen King, et dans la mythologie.
Travaillant dans la finance mais poursuivi par l’envie d’écrire et par le puits sans fond qu’est son imaginaire, l’auteur craint d’être fou, comme le pense son entourage.
Ismaël Lemonnier se passionne pour le monde de la police judiciaire et tous ses rouages, l’Histoire et les faits divers. Tout ce qui l’entoure est source d’inspiration, qu’il combine à son imagination.
Il est l’auteur du roman Le cinquième gardien, paru chez Marathon Éditions.

 

…et sur le livreIsmaël Lemonnier se passionne pour le monde de la police judiciaire et tous ses rouages, l’Histoire et les faits divers. Tout ce qui l'entoure est source d'inspiration, qu'il combine à son imagination. Il est l'auteur du roman Le cinquième gardien, paru chez Marathon Éditions.

 

  • Genre : Uchronie/Thriller
  • Éditeur : Marathon éditions
  • Nombre de pages : 419

 

Et si on nous avait menti

Il y a des dates qui marquent nos esprits et la nuit du 25 au 26 Avril 1986 en fait partie. Pour rafraîchir la mémoire ou pour celles et ceux qui étaient trop jeunes, je veux parler de Tchernobyl. Nous parlons essentiellement de cette ville où se trouvait la centrale mais on oublie de parler de Pripiat, la ville voisine qui accueillait tous les employés de la centrale. Nous avons toujours pensé que la vérité nous était cachée mais quelle vérité ?

Aujourd’hui encore, nous sommes loin de connaître les tenants et aboutissants de cette sinistre catastrophe tant sur le plan animal, homme compris, que sur le plan végétal.

Des idées fictives, des théories du complot ont vu le jour mais si nous n’étions pas aptes à en savoir plus… Et si le lourd secret de cette centrale ne dépendait pas de nous mais répondait à quelque chose de plus puissant pour notre survie et notre équilibre… Et si une poignée de femmes et d’hommes étaient prêts à donner leurs vies pour préserver la notre…

C’est l’histoire que nous raconte Ismaël Lemonnier à travers son roman, « le cinquième gardien ».

 

Allez, entrons dans le vif du sujet

Cinq gardiens, dispersés avec leurs veilleurs à travers les différents continents, sont assassinés les uns après les autres. Lucifer, comme il se fait appeler, et ses sbires, récupèrent sur les dépouilles des gardiens les chevalières.

Awen, jeune geek à des années-lumière de tout ça, est le détenteur de la cinquième et dernière bague. Cet anneau donnerait des pouvoirs à son propriétaire.

Bousculé par plusieurs événements successifs, il est sauvé in-extremis de Lucifer et de ses quatre cavaliers de l’Apocalypse par Sissi. Sissi est une jeune femme très mignonne avec beaucoup de caractère, elle est également très habile avec ses shurikens. Awen tombe littéralement des nues et exige des explications.

Je ne bougerai pas tant que tu ne me diras pas ce qu’ils veulent, le gang des Monsieur Propre ?

Elle secoue la tête d’un air résigné.

Ça ! Finit-elle par répondre en pointant de son index la chevalière qu’il portait à l’annulaire droit.

En fait, Sissi est le veilleur d’Awen.Sa fonction dans l’organisation consiste à veiller sur lui pour qu’il ne lui arrive rien. Devant ses réticences, elle va le droguer pour l’emmener à la rencontre d’un homme qui pourra lui donner plus d’explications, le doyen. Même si il n’apprécie pas la méthode employée, il fait contre mauvaise fortune bon cœur. Cette chevalière est un héritage de son grand-père et il veut comprendre.

Quand il demande sa destination et qu’il apprend qu’il va à Tchernobyl, il aurait préféré ne pas le savoir.

Il apprend par le doyen qu’il a une mission en tant que dernier gardien : Sauver le monde en préservant la chambre du Destin. Il lui parle de ce fameux destin, que rien n’arrive par hasard, que tout est écrit.

Awen visualisa parfaitement une scène d’un de ses films favoris. Dans Matrix, lorsque Néo rencontrait l’oracle pour la première fois et qu’elle le prévenait de ne pas s’inquiéter pour le vas avant qu’il ne se brise.

Il n’y a pas de personnages secondaires

Pendant ce temps, le Commandant de Police Fargues demande à un de ses anciens hommes de prendre en filature Awen et Sissi, de les protéger et de les mettre en lieu sur. Cet homme, c’est Franz, il cumule les « casquettes » psychiatriques mais Fargues a peur et il ne sait pas vers qui se tourner.

Gabbie (Gabriella), quand à elle, est déjà à Tchernobyl. Elle visite l’ancienne centrale avec un groupe de touristes et espère trouver le détail qui lui fera rédiger le scoop à propos de cette tragédie. Comme toute bonne journaliste, elle fouine à droite, à gauche. Elle s’écarte à un moment du groupe et, après une chute, découvre un carnet. Elle n’est pas venue par hasard, elle a reçu un billet et ça l’a décidé.

Anton Repka est l’ingénieur que nous suivons en 1986 et en 2016 par le biais de son journal.

Pripiat, la ville voisine de Tchernobyl abrite de jeunes enfants livrés à eux-mêmes. Ils survivent de vols sur les touristes et de petits larcins. Déjà très jeunes, ils vivent de violence. Une louve fait également partie des habitants de « cet endroit déserté de bienveillance.

Ces protagonistes sont au cœur d’un mystère aussi secret que cet événement qui s’est produit du 25 au 26 Avril 1986.

D’Avril 1986 à Avril 2016, date du roman, personne n’est là par hasard, chacun suit son destin et pas des moindres : la survie ou le chaos de l’humanité. Tout dépend de qui détient les clefs du destin.

 

Pari osé

J’ai tout de suite accroché au livre, il y a énormément d’action, je n’ai guère eut le temps de m'ennuyer. Nous passons de 1986 à 2016 à travers le récit du doyen et les écrits d’un ingénieur morts avec les liquidateurs de l’époque.J’ai tout de suite accroché au livre, il y a énormément d’action, je n’ai guère eut le temps de m’ennuyer. Nous passons de 1986 à 2016 à travers le récit du doyen et les écrits d’un ingénieur morts avec les liquidateurs de l’époque.

Mis à part la bande de mercenaires qui ne fait que jouer son rôle, tous les personnages sont intéressants. Depuis Awen, jeune geek rondouillard qui sort des vannes à deux balles pour tromper sa peur à Lucifer qui a un vécu très particulier en passant par le doyen qui n’est pas tout net, ils ont tous un trait de personnalité attachant. Et puis la manière dont ils se rejoignent à la fin est assez époustouflante, bravo à l’auteur.

D’après ce que j’ai lu sur le réacteur numéro 4, l’auteur est parti de fait réel sur l’erreur humaine et même s’il a imaginé le reste, la lecture du journal de l’ingénieur est très émouvante. Le livre est destiné à un public jeune et j’espère que cette partie les touchera autant que l’action, qui est décrite plus comme un jeu vidéo à différents niveaux.

J’ai également bien aimé les références à certains films qui m’ont rappelé de bons souvenirs et moi-même je dis souvent que s’il y a quelque chose à faire qui parait impossible pour sauver la planète, on peut faire appel à Bruce Willis.

J’ai intitulé mon avis « pari osé » parce que nous, humains, aimons faire des commémorations de tout genre, des journées pour telle ou telle cause mais nous oublions très vite l’histoire, notre histoire avec son lot de bonnes et de mauvaises actions.

Un livre intéressant qui permet de revivre ce cataclysme différemment et j’en remercie l’auteur. L’écriture est agréable et correspond au public visé. Je conseille, néanmoins, ce roman autant aux les jeunes qu’aux moins jeunes. Une lecture à réfléchir. N’hésitez pas à aller fouiner en plus du livre.

En vidéo

Bonne journée et agréable lecture.

Author: david

Ma femme est ma vie, mon astre de lumière, La Nature. nos animaux, chevaux, chats et poules, sont ma petite arche. "Carpe Diem", c'est plus facile à dire qu'à faire mais j'essaie. J'aime ma vie de Paysan-Montagnard, la lecture, la randonnée,... Toujours un livre à portée de main, je ne supporte pas être en manque de lecture, un bon thriller, l'ésotèrisme, les voyages et beaucoup d'autres thèmes dans lesquels je peux apprendre quelque chose !

close
Bullet journal, le système d’organisation qui fait fureur!

Oh salut 👋
Je suis ravie de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 thoughts on “Le cinquième gardien

Ici, on adore bavarder