Mercure Rouge : Un polar écrit par Valérie LIEKO

Cher lectorat, je reviens aujourd’hui avec une nouvelle chronique littéraire : Mercure Rouge. Un roman policier que j’ai apprécié et que je vous invite à découvrir.

Valérie LIEKO

Mercure rouge est le septième roman de Valérie LIEKO. L’auteur vous invite sur son site (lien en fin d’article) où vous découvrirez son univers, sa biographie ainsi qu’une bibliographie. Je n’ai pas eu l’occasion d’échanger avec elle, je vous dirige donc sur son espace sur lequel vous pourrez vous abonner.

En bref

Mercure rouge est un roman policier qui redessine les contours du cosy mystery

Une jeune femme se ressource dans sa maison de campagne. Brillante ingénieure, la vie lui a toujours souri. Pourtant, elle va bientôt être assassinée…
Son corps est retrouvé dans les eaux glaciales d’un étang à l’orée des Ardennes. Fait étrange, elle était revenue d’un voyage à Kinshasa sans prévenir son mari ni ses proches. Pourquoi ?

  • Éditeur : Auteur Indépendant (6 février 2020)
  • Langue : Français
  • Broché : 570 pages

Introduction de l’histoire

Heike est de retour de Kinshasa avec un échantillon de coltan qu’elle n’a pas déclaré en douane. Elle est revenue incognito dans sa maison de campagne, une petite habitation minuscule au milieu des bois. Un décor de conte de fées. Heike n’a prévenu personne de son retour anticipé. Elle a besoin de ce moment pour elle. Sept ans de mariage et elle sent que son couple a besoin de se retrouver.

Malgré la pluie glaciale, Heike prend son vélo pour se promener. Elle rêvasse quand un véhicule la frôle. Elle s’enfonce dans la gadoue.

Elle étouffait. Un liquide froid inondait ses poumons. Sa tête devint lourde, ses forces l’abandonnèrent. Elle se sentit mourir.

**********

Martin, adolescent maigrichon de 14 ans prend son VTT pour aller filmer cette fin de journée avec son drone. Quand il rentre et télécharge ses photos, une forme étrange apparaît sur l’une d’elles.

**********

Les premiers chapitres vous présentent les personnages. Lydie est danseuse étoile mais elle est de retour dans sa petite maison après un grave accident. Rémi est heureux de retrouver son amour de jeunesse. Il est agriculteur et agent de quartier.

Tous les chapitres sont suivis d’un cours pour flic débutant, dialogues entre Jean-Marie et Rémi qui aimerait devenir inspecteur. L’ambiance générale est humide et brumeuse. Le lecteur découvre un petit coin de Belgique et ses pittoresques habitants. Un polar très agréable à lire. L’intrigue principale est particulièrement réaliste et bien menée. Le suspens est maintenu jusqu’à la dernière ligne à tel point que la fin est surprenante. Jamais je n’ai soupçonné quoi que ce soit, je me suis laissée embarquée par l’aventure.

Les cozy mysteries

Ce genre littéraire n’a pas de traduction française : les cozies ou cozy mystery. Ce sont des romans  policiers très loin des polars baignés de sang, sexe, drogue ou rock n’roll. Mais attention, il y a bien des cadavres dans ces polars version thé et mise en pli impeccables… (où Agatha Christie règne en maîtresse.)

Côté intrigue, on retrouve les mêmes points communs. Des enquêtes qui se déroulent à la campagne menées par une amatrice (ni flic ni détective) au caractère plutôt haut en couleur. Elle se retrouve mêlée à un crime suite à de malheureux concours de circonstances, dans des villages où tout le monde se connaît. D’origine anglo-saxonne, ce sont des romans chaleureux, un brin nostalgique et teintés d’humour so british.

Mercure Rouge se déroule dans cette ambiance, mais en Belgique. Un roman pour tous, une très belle écriture fluide qui vous rappellera probablement quelque chose de vécu dans l’ambiance ou dans les personnages.

J’ai aimé ce roman

Les personnages suivent l’enquête tout en discutant de sujets d’actualités. J’ai choisi deux extraits qui me touchent. Rémi est un petit agriculteur comme il en reste aussi dans mon village. Sa réflexion est intéressante :

“Il pensa à ces fermes usines de Hollande et d’Allemagne, robotisées à l’extrême, avec plus de mille têtes de bétail et où les vaches ne voyaient plus la lumière du jour, hiver comme été. Plus besoin de chien comme le sien pour les conduire jusqu’à la prairie.”

Et ce qui me rappelle une réflexion de Coluche sur l’utilité du vote pour nous, simples citoyens. Un sujet d’actualité en France (Présidentielles 2022)

“C’est une illusion de voter. J’y vais parce que c’est obligatoire, mais je place un bulletin blanc dans l’urne. On est gouverné de toute façon par des multinationales, la finance, les lobbys. Regarde ce qu’on subit avec le lait. On ne peut plus en vivre.”

Simples pensées, remarques ou réflexions des personnages, ces sujets de réflexion sont glissés naturellement dans les conversations sans pour autant faire débat et détourner le lecteur de l’intrigue. Peut-être que tous les lecteurs ne s’y arrêteront pas mais j’ai aimé cette écriture discrète qui interroge malgré tout des sujets qui nous concernent tous.

La lecture est simple avec des chapitres courts, un vocabulaire simple et une plume fluide. Un polar simple avec un dénouement extraordinaire. Je remercie Valérie LIEKO pour sa confiance et j’espère que Rémi, Lydie et Jean-Marie vous séduiront. De leur succès dépendent leurs prochaines aventures.

Podcasts : Audio et Vidéo

Sur votre lecteur préféré

 

Liens utiles

Je remercie le site

SimPlement.pro

L’association (dons)

Author: Angélique

Chroniqueuse Littéraire Animatrice : Coach Organisation, Ateliers Bullet Journal, Psychologie positive Responsable associative maison-ecologique.org

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.