Psyché – Une œuvre aussi noire qu’immonde

C’est lundi, alors, que lisez-vous ? N’hésitez pas à me donner quelques idées en commentaire, ma PAL est en perte de vitesse. Aujourd’hui, je vais présenter Psyché, une lecture réservée aux adultes consentants et bien dans leurs chaussettes. Avec son auteur, Frédéric Soulier, je vous invite de l’autre coté du miroir… très loin du pays des merveilles.

Le livre

Nous retrouvons Silex, "Influenceur" de son état, "Youtubeur" pour être exacte. Ne me dites pas que ça vous surprend, Damien SAEZ a sorti un titre sur le sujet.

 

Lors d’un mémorable repas de famille, Charles, dix ans, assiste à l’aliénation brutale de sa grand-mère Denise. Plusieurs années plus tard, devenu “créateur de contenu” et désormais connu sous le nom de Silex, il découvre un miroir sur pied dans le grenier de son aïeule. Mais le reflet que lui renvoie la glace semble animé de sa propre volonté et d’intentions malsaines. Sur quels abîmes de noirceur ouvre la psyché ?
Après La chambre de lactation, Frédéric Soulier repousse une nouvelle fois les limites de la décence et du politiquement correct pour accoucher d’une œuvre aussi noire qu’immonde.

AVERTISSEMENT : Psyché est réservé à des adultes consentants et aux lecteurs extrêmement avertis qui n’ont pas peur de naviguer dans les eaux troubles de l’âme humaine.

  • Éditeur ‏ : ‎ Auteur Indépendant (3 août 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 142 pages

L’auteur…. J’en aurais des questions à lui poser…

Frédéric Soulier est né à Cognac en 1976. Tombé dans un fût d’eau-de-vie quand il était petit, il n’a depuis plus besoin de boire d’alcool pour en ressentir les effets (il continue toutefois à en boire). Lecteur compulsif, il est l’auteur de cinq romans. Un polar noir, Retour à la cité des monstres ; une satire sociale mouvementée, Épilogue ; un roman se déroulant dans un univers médiéval-fantastique, Les versets du Dernier Soupir, premier tome du cycle du Ténébriarque ; Le cri sauvage de l’âme, un pamphlet mâtiné de polar ; Des morts des vivants, un roman d’anticipation se déroulant dans un univers post-apocalyptique ; et Les régressions de Richard Bachman, roman de science-fiction initialement paru par épisodes.

Le blog de Frédéric Soulier se trouve ici : https://fredericsoulier.wixsite.com/ledegueuloir

Repas de famille

“Mamie faisait le compte de ses petites douleurs, disait combien ses varices la torturaient, de quelle manière son transit intestinal se montrait capricieux…”

Nous avons tous connu ces repas de famille où nous sommes tous réunis autour de la spécialité culinaire de Mamie pour une fête quelconque : Noël, Pâques… C’est toujours la même chose, chacun discute dans son coin et c’est le pugilat si la politique s’invite à table. Du coup, le petit Charles (10 ans) est le seul à remarquer que sa grand-même est étrange ce jour là. Le repas et les discussions vont bon train jusqu’à ce que Mamie Denise, délirante et vulgaire, provoque la petite famille qui fait appel aux urgence psychiatriques. Ainsi se conclu le Premier outrage du roman et ce n’est pas le dernier.

Les années ont passé

Nous retrouvons Silex, “Influenceur” de son état, “Youtubeur” pour être exacte. Ne me dites pas que ça vous surprend, Damien SAEZ a sorti un titre sur le sujet. D’ailleurs, je suis certaine que je ferais plus d’audience en me déshabillant qu’en proposant des lectures mais j’ai passé l’âge et en plus, je suis frileuse. Silex lui, est prêt à tout pour faire plaisir à ses abonnés, même s’il triche. L’auteur est cash, il vous donne les noms 😉 Bon, on peut le dire, notre ami Silex se fait des couilles en or. L’argent facile sur les réseaux, aidé par Kader dont je reparlerai plus tard. Vous vous en doutez, Silex n’est autre que le petit Charles.

Et sa grand-mère ? Elle est décédée à l’hôpital psychiatrique où son cas est resté inexpliqué alors désinhibée serait le mot le plus proche à mon sens, elle n’avait plus la moindre empathie. Du coup, Silex fait un tour pour récupérer quelques bricoles avant la vente de la vieille maison.

Double sens

Qu’est ce que la psyché ?

  • Grand miroir mobile, pivotant sur deux montants ou dans un châssis, ce qui permet de l’incliner et de se regarder en pied.
  • Ensemble des aspects conscients et inconscients du comportement individuel, par opposition à ce qui est purement organique.

Un titre bien choisi par Frédéric Soulier qui joue avec ce terme. Silex embauche Kader pour aller dans la maison de Mamie Denise non sans faire quelques selfies pour ses réseaux. Dans le grenier, il trouve un miroir sur pied d’environ un mètre soixante-dix de haut devant lequel il s’admire et décide de le prendre pour “faire chicos dans son loft”. Silex n’ayant que peu de vocabulaire, c’est Kader qui lui apprend que ce miroir est une psyché.

Qui es-tu de l’autre coté ?

Silex rend visite régulièrement à une Youtubeuse déchue. La célébrité peut vous quitter au moindre faux pas. La pauvre Cyprine (sur)vit dans un état déplorable autant physiquement de psychologiquement. Pourtant, elle détenait la plus grosse chaîne beauté/make-up/bien-être six ans plus tôt avec des revenus conséquents. Je vous laisse découvrir la raison du grand changement de sa vie.

Silex reçoit des produits de marque en coton éthique et éco-responsables. Il en fait la promotion contre un gros chèque bien que plus ou moins conscient du problème :

“On pouvait visiblement fabriquer au Bangladesh dans des usines minables et se revendiquer éthique et éco-responsables.”

Il admire son reflet dans son nouveau miroir… et l’image ondule… Silex réalise qu’il peut entrer dans le miroir. Il va découvrir la face cachée de son monde.

Conscient et inconscient : Qu’en dirait Freud ?

Frédéric Soulier décrit un univers particulièrement réaliste avec une pointe de cynisme écologique et un humour sadique qui fait de Silex un idiot qui passe d’un monde à l’autre sans en mesurer les conséquences. La phase orale anale est prégnante, un peu trop, mais pour ceux qui n’ont pas fréquenté l’univers psychiatrique, le contexte est plus favorable à la compréhension que l’œuvre de Freud.

“Ce qui titillait la curiosité de Silex, c’était quels travers dévoilerait la psyché chez les personnes de son entourage. Il avait eu la réponse pour ses parents, mais le cas de Kader, tout particulièrement, l’intriguait.”

L’auteur est doté d’un sens de l’observation certain et si ce bouquin n’est pas à mettre entre toutes les mains, il est très bien écrit. Une certaine ambivalence dans l’écriture, dans le vocabulaire et dans cet autre monde totalement loufoque.

“La psyché ouvrait sur un monde inversé, où les gens montraient leur plus sombre visage, où l’anarchie régnait et dans lequel la seule loi en vigueur était celle du plus sournois, du plus fort, du plus cinglé.

N’est-ce pas finalement ce qui se joue entre la vie et les univers virtuels ? Savez-vous qui se cache derrière votre écran ? Combien d’utilisateurs utilisent un pseudonyme et une photo qui ne montre pas leur visage ? Pourquoi existe-t-il autant de “discussions” houleuses, voire insultantes sur les réseaux ? Tout simplement parce que l’anonymat (relatif bien-sûr) de l’écran donnent à certains la fameuse désinhibition dont ils sont incapables dans leur vie quotidienne.

Nous avons tous une face cachée visible en présentiel (par les gestes, la communication non verbale) qui se révèle souvent agressive lors d’un échange de texto (ou comment écrire ce qu’on ne veut pas dire) et explosive sur les réseaux. Mon opinion très sincère sur ce livre est qu’il a un réel intérêt. L’auteur dirige notre regard vers ce que nous refusons de voir ou considérons comme “banalité”. Cependant, les scènes décrites vont un peu trop loin dans le “politiquement correcte” et je crains que, comme les textes de Damien SAEZ, le lecteur abandonne, vexé, outré, sans penser que, peut-être, il devrait regarder sa propre face cachée dans ce que ces lignes provoquent dans sa psyché.

Je terminerai cette chronique sur une citation :

“Vous croyez être différents parce que vous vous êtes fait tatouer une tête de mort sur l’épaule ou un papillon sur le cul, mais c’est tout le contraire, vous vous fondez dans la masse. Vous ne vivez qu’à travers les écrans. Quand vous voyez quelque chose de beau, vous vous dépêchez de sortir votre appareil photo ou votre téléphone portable pour le capturer et le partager sur les réseaux sociaux, mais vous ne retenez rien de ce que vous voyez. Vous êtes tellement abrutis par la publicité que vous ne la voyez même plus…”

Je remercie Frédéric Soulier pour ce service presse.

Partenariats

L'association La Maison Écologique à laquelle est rattachée La Fabrique du Bonheur souhaite conclure des partenariats dans un cadre littéraire et créatif éthique.

VLOG

Author: Angelique

BuJo - Chevaux - Photos
Je suis une dévoreuse de livres et une grande utilisatrice du Bullet Journal.
J'aime la nature, le soleil et le bleu azur du ciel de ma région d'adoption.

close
Bullet journal, le système d’organisation qui fait fureur!

Oh salut 👋
Je suis ravie de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 thoughts on “Psyché – Une œuvre aussi noire qu’immonde

    1. Bonjour Émilie, tu es comme Silex, hésitante 😉.
      J’ai appris sur moi dans ce roman aussi étrange que ça puisse paraître.
      Je te souhaite une excellente journée 😘

  1. Coucou , ben voilà j’arrive à commenter😉 tu dévores les bouquins et tu écris beaucoup et bien aussi !!!
    j’ai une psychè, j’essaierai d’y découvrir mes faces cachées et celles de mon chat qui s’y regarde en même temps que moi …

    1. Coucou. Oui, j’adore lire. Je n’ai pas la télé ni autre trucs genre Netflix alors je lis et j’ai toujours un livre dans mon sac 😉 La chat est un mystère. Il y a quatre chats chez moi et leur zen attitude est enviable. J’ai aussi un chien, deux poules et trois chevaux. J’ai un cheval qui s’arrête toujours devant un miroir sans teint dans lequel, visiblement, il s’admire. Dans le monde animal, seul l’humain a l’esprit assez tordu pour ce genre de roman 😉
      Tu me diras ce que tu y vois.
      A très bientôt

Ici, on adore bavarder