Un roman bouleversant : Jamais très loin des cyprès

“Franchement, la vie ressemble rarement à un conte de fée. Elle peut même, parfois, prendre l’aspect d’une tragédie grecque.”

Un roman bouleversant : Jamais très loin des cyprès

En bref

  • Éditeur : Atramenta (10 octobre 2020)
  • Langue : Français
  • Broché : 350 pages

Les liens, de sang ou de cœur, se nouent, se défont ou se tressent au fil du temps. Chacun doit trouver sa place parmi les siens et dans le monde qui l’entoure. Jamais très loin des cyprès accompagne Ben, Joanny et Tom pendant 25 ans, entre les paysages idylliques de la Californie et les lumières de New York. Vous les suivrez, ainsi que leurs familles, sur les chemins sinueux de la vie.

Remerciements

Un roman bouleversant : Jamais très loin des cyprès

J’ai tourné la dernière page de ce livre avec beaucoup d’émotions. L’ambiance et les personnages me manquent déjà. Ce roman m’a bouleversée à chaque mot. J’ai vécu avec les personnages en tournant les pages. Tous mes sentiments sont chamboulés, je suis émue…., triste…., heureuse… je ne sais plus. Je laisse Ben, Jo et Tom mais ils resteront dans mon cœur comme des amis fidèles.

Avec eux, au travers de leurs relations, j’ai beaucoup appris sur moi-même. Peut-être me suis je retrouvée dans ces personnages, je ne sais pas. Cependant, je resterai marquée, jamais très loin des cyprès.

Je sais que l’amour est inconditionnel, même quand la vie nous met à l’épreuve.

Je remercie Carole Lavenant pour son écriture qui m’a fait beaucoup de bien.

Jamais très loin des cyprès : L’histoire

“Décembre 1990, Pat avançait à pas lourds. Le sac de toile, rempli des mois qu’il voudrait ne jamais avoir vécu, l’envahissait.”

Cet homme de 27 ans rentre chez lui pour les trois semaines des fêtes de fin d’année. Ses beaux-parents arrivent aussi avec du traditionnel Christmas cake. Orphelin alors qu’il était à l’université, il s’était engagé dans les Marines. Il vient de passer six mois au Koweït au cœur du conflit. Ces trois semaines avec Lilly, son épouse, lui font un peu oublier la noirceur de son quotidien militaire.

Quelques temps plus tard, Lilly apprend simultanément sa grossesse et le décès de Pat qui ne saura jamais qu’un enfant témoignera de cet amour.

**********

“Le cœur de Phyllis s’arrêta de battre au moment même où Joanny poussa son premier cri”

Jack est un papa solitaire qui s’isole pour prendre soin de sa petite fille, Joanny. Lui aussi a perdu Phyllis, son amour, et ne s’en est jamais remis. Alors que Joanny a deux ans, Jack se décide à rejoindre un groupe de soutien. Tous ont perdu un conjoint, un enfant….

Le mardi devient pour Jack le jour des parents solo. Il fait la rencontre de Lilly, Karen, Oda Mae, Gabriella, Virginia. Ensemble, ils font le deuil de leurs amours perdus. Des liens se créent. Les enfants se rencontrent eux aussi.

**********

Des années 90 à janvier 2016, Ben, Tom et Joanny vous invitent à les suivre dans leurs apprentissages de la vie, leurs amitiés, leurs amours et leurs relations. Vous allez découvrir cette vie, jamais très loin des cyprès. Laissez vos émotions s’imprégner de cette aventure magnifique.

Carole LAVENANT

  • Votre roman est d’un réalisme surprenant, quelles ont été vos inspirations ?

L’écriture de ce roman était pour moi comme une sorte d’urgence et de nécessité. Je rêvais depuis très longtemps de trouver l’inspiration nécessaire. Et puis, un jour, au détour d’une vidéo que je regardais, tout est arrivé. La trame, les personnages, les situations.

Tout au long du processus, j’ai effectué de nombreuses recherches (mon côté documentaliste s’est accordé un plaisir fou), parce que je souhaitais un contexte le plus réaliste possible.

  • Je me suis attachée aux personnages, ils me manquent et je trouve ça incroyable….

Si les personnages sont si réalistes, c’est qu’ils ont certainement chacun une partie de moi.

Pour ce qui est de leurs sentiments, à un moment ou un autre de ma vie, j’ai traversé les mêmes doutes, les mêmes joies et les mêmes peines. Je me suis servie de ce qui se trouvait au plus profond de moi. Autant vous dire, que j’ai ri, pleuré et hurlé.

  • Auto-édité, pourquoi ?

Une des raisons pour lesquelles je ne souhaitais pas passer par une maison d’édition réside dans le fait que je ne voulais changer aucune de leurs paroles. Je n’ai que faire du politiquement correct.

  • J’ai déjà parlé d’écriture thérapeutique, comment avez-vous vécu avec vos personnages ?

Il y aurait encore tant à dire sur la symbolique de Jamais très loin des cyprès, mais l’écriture de ce roman a été comme une thérapie. Un moyen d’exorciser mes doutes et mes peurs, de faire revivre des disparus et d’arriver à égaler mon père qui écrivait…

Tout à un sens pour moi dans cette histoire. Je suis étonnée parfois  de la manière dont mon subconscient a dicté mes mots. J’ai vécu 2 ans avec tous mes personnages. Je n’arrivais plus à les lâcher. Maintenant, c’est moi qui ai une partie d’eux en moi.

Mes impressions : Podcast audio et vidéo

J’ai été le témoin des apprentissages des enfants, des difficultés des parents… Alors que je n’ai pas connu de situation similaire. En langue anglaise, ce livre est un page turner, il est addictif. Tout le monde devrait le lire, juste pour un moment de bien être mais aussi pour réfléchir à tous ces malheurs de la vie qui se transforment et créent de magnifiques histoires.

Sur votre lecteur favori

Je vous souhaite une très belle semaine et une agréable lecture

 

TAGS : #feelgood #bonheur #book #chroniquelittéraire #citation #coupdecoeur #lecture #livre #podcast #therapie #vlog #roman

Author: Angélique

Chroniqueuse Littéraire Animatrice : Coach Organisation, Ateliers Bullet Journal, Psychologie positive Responsable associative maison-ecologique.org

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.